Neem.fr

Neem.fr est un site de passionnés de la nature soutenant activement le développement du Neem.
Notre but est de faciliter l'information du public et des professionnels afin d'attirer l'attention sur les nombreuses applications possibles du Neem.

Neem.fr est un site d'information concernant les diverses utilisations possibles du neem. Neem.fr est membre de : www.aspro-pnpp.org

Propriétés du Neem - Exemples

Quelques exemples :
Au Brésil, tous les producteurs de fruits et légumes, tous les distributeurs de produits agricoles connaissent le Neem qui est un produit d’utilisation courante depuis 2001, notamment pour les animaux et l’agriculture. Quelques domaines d’application :
Agriculture : chenilles (toutes), cochenilles, aleurodes, thrips, pucerons, vaquinha (variété de scarabée) et scarabées, mouche blanche, mouches des fruits, cicadelle, mineuse des tomates Tota absoluta, mineuse des feuilles du caféier Perileucoptera coffeella, mineuse des agrumes Phyllocnistis citrella Stainton, et autres mineuses, mille-pattes, perce-oreilles, etc.…
Meloydogine, Pratylenchus, et autres nématodes. Maladies du système radiculaire et de la tige des plantes, oïdium du haricot, Rhizoctonia solani, Rhizoctone brun , R. Oryzae, Sclerotium Rolfsii, Scletorinia sclerotiorum, Sitroga Cerearella, fusarium oxyporum, phitophtora (tomates et pommes de terre).
Dans l’élevage du bétail : tiques, poux, puces, mouche de la corne, mouche des étables /porcheries, gale, acariens, scarabée des fermes, triatomes, etc.…
Dans le stockage de grains : termites et charançons.
Source : "Agromix Brésil"

- À perte de vue, des pommes bien mûres : Jonagold, Rubinette, Elstar, Topas... Le “Vieux pays”, au sud de l’Elbe, près de Hambourg en Allemagne, est l’une des plus vastes régions arboricoles d’Europe. À Jork, sur leurs 40 hectares de vergers, la famille zum Felde a abandonné les méthodes de culture traditionnelles, en 1996. “Même si nous produisons en agriculture biologique, nous ne renonçons pas à la protection phytosanitaire”, précise Heinrich zum Felde. Parmi les produits qu’il utilise, il en est un qui mérite l’attention. “Je recours à l’azadirachtine depuis sept ans et elle m’a permis d’endiguer définitivement les invasions de pucerons cendrés du pommier”, se réjouit l’arboriculteur. Une solution venue d’Asie. “L’azadirachtine empêche la production d’une hormone permettant la mue des insectes. Le principe actif est extrait des graines du margousier, un arbre dont les propriétés sont utilisées depuis plus de deux mille ans en agriculture et en médecine, en Inde”.
Source : «Le Sillon» édition été 2007

En Sylviculture : Le Neem est également bien connu au Canada. Le potentiel du neem a été évalué dans des plantations de pin gris, sur des pins blancs, dans des plantations de pin, dans des vergers à graines et des plantations d'épinette noire et d'épinette blanche dans des plantations de thuya occidental (Ontario) et dans des peuplements de sapin baumier à Terre-Neuve. Résultat : L'extrait de graines de neem contenant l'azadirachtine a été très efficace contre les larves défoliatrices de 13 espèces de lépidoptères et de mouches à scie (hyménoptères).

A propos du Neem

Au Brésil, tous les producteurs de fruits et légumes, tous les distributeurs de produits agricoles connaissent le Neem qui est un produit d’utilisation courante depuis 2001, notamment pour les animaux et l’agriculture.
Lire la suite...

L'alternative biologique

L’Azadirachtin-A, naturellement présent dans le Neem, lutte efficacement contre un grand nombre de ravageurs. Les 25 dernières années, les entomologistes ont isolé plus de 400 espèces différentes (dont certaines résistantes aux pesticides chimiques) que l’on peut traiter par l’action biologique des extraits du Neem.
Plus d'infos

Le saviez-vous ?

A maturité, l’arbre de Neem peut produire jusqu’à 50kg de fruits, ce qui équivaut à 30kg de graines ; celles-ci constituent la principale source de composés à propriétés insecticides, dont l’azadirachtine. Cependant la quantité d’azadirachtine contenue dans les graines varie considérablement selon les conditions climatiques, les conditions du sol et le génotype de l’arbre (Ermel 1986 ; Singh 1986).